Publié par : Jacques Grégoire | 2021/11/06

Joies simples du 21ième siècle

Lumière d’automne avancé

Samedi matin après une nuit de sommeil somme toute bénéfique. Je me réveille toujours 3 ou 4 fois par nuit.

Mais je me rendors assez facilement. Il est loin ce temps où je pouvais dormir à poings fermés 7 ou 8 heures d’affilée.

Prostate et vessie dictent maintenant mes rêves ou somnolences.

Le réveil ou plutôt le saut du lit comme ce matin est pris en charge par un autre organe, mon estomac. Estomac trituré lui par mon pancréas déficient de type 2.

Le petit déjeuner sera accompagné des médicaments pris de mon pilulier comme à chaque repas d’ailleurs. Conséquence d’une matière grise qui fait preuve de moins en moins de plasticité.

Ce sera ensuite le rituel acoustico-prosthétique. Nettoyage de mes oreilles bioniques. Ces appareils auditifs furent et sont pour moi un bienfait de notre ère électro-informatique. Je suis branché directement sur toute la quincaillerie et gadgets de ma vie courante. Portable, chaîne stéréo, ordinateurs, téléviseurs, même ma voiture et surtout mes instruments de musique.

La chance d’avoir retrouvé une ouie normale il y a plus d’une dizaine d’années grâce à une technologie qui ne cesse de s’améliorer.

Je me targue d’être un des premiers chaînons existant vers le nouvel homme cybernétique. Le cyborgne.

Oui, oui le cyborgne parce que vient le temps de nettoyer mes lunettes. Bésicles progressives, il se doit, pour mieux vous voir et aussi vous lire.

Il ne me reste qu’à vérifier la pile de ma montre traceuse-de-pas et de mes fonctions physiques, entre autres mes pulsations cardiaques et la saturation en oxygène de mon sang.

Me voici prêt à affronter ma vie trépidante. Bien assis dans mon fauteuil préféré, café et portable à la main vous racontant les joies simples d’un homme du 21ième siècle.

Pour accompagner votre lecture. Une petite impro toute fraîche jouée. Voulant évoquer l’ambiance d’un matin de congé chez-moi. Départ lento et suite allegro ma non tropo. Que le bonheur d’être là, exister.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/10/26

Notes pour un Anniversaire

Si vous avez eu des enfants, vous savez que la Fête pour leur Anniversaire de Naissance est incontournable,

Obligatoire, imposée, impérieuse, primordiale, essentielle et devrait être imposée par la loi.

Pour ma trentenaire de fille ces qualificatifs sont toujours les mêmes.

Bon Anniversaire Alice.

Les notes qui suivent furent improvisées en pensant à toi.

Tu pourras sûrement reconnaître les dernières notes.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/10/22

Toujours dans les Nuages.

Depuis quelques semaines je me suis remis à l’écriture.

Plus justement à reléguer dans le « cloud »  chaque matin mes états d’âme ou autres faits anecdotiques de ma vie trépidante de casanier invertébré.

Je délaisse la plume pour le clavier « qwerty » sur mon portable.

Premièrement parce que le « cellulaire » est toujours à portée de main et ce sera plus facile de conserver pour la postérité mes élucubrations.
Secondo parce que j’essaie de digitaliser mes écrits passés et manuscrits. Leur faire prendre la même direction infonuagique.
Tâche assez pénible et répétitive. Je n’ai pas envie d’en rajouter sur la pile.  Cependant cela me permet de séparer l’ivraie du bon grain.

Mais le véritable moteur de ce renouveau, c’est l’émulation provoquée par les lectures quotidiennes  de blogueurs dont j’apprécie le style et l’esprit.
Il y a aussi un bon ami qui depuis quelques mois s’efforce à scribouller 3 pages au moins chaque matin.
Il thérapeutise semblerait-il. Autant m’y mettre aussi. Besoin ou pas.

Voici donc un nième recommencement sur ce blog qui a dépassé les 3000 visiteurs et qui approche les 9000 clics.
Merci de votre présence.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/09/13

Radio Web de retour en ligne

Quand vous arrivez sur le blog vous remarquerez dans le menu l’item version portable ,

ou sur la page sous-nommée, version ordi:

Radio Web: mdgn2.radio12345.com.—

https://mdgn2.radio12345.com/

C’est de cette page que vous pouvez cliquez ou copier le lien vers Radio MDGN2.

Vous l’avez ici aussi mais plus accessible sur la page.

Les pièces en ligne sont les mêmes que vous trouviez dans des articles déjà publiés.

Comme nous sommes à la veille de nous encabaner.

L’automne approche et j’aurai plus de temps pour ajouter d’autres morceaux.

Avertissement: Il peut y avoir des variations de volume d’une pièce à l’autre mais à peine.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/07/26

Langueur Caniculaire

Le titre dit tout.

Improvisation libre sur des rythmes lents et tonalités stridentes.

Voulant ressembler aux trilles d’oiseaux ou aux sons persistants de certains insectes.

Se terminant sur un thème que je rumine depuis des lustres.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/07/12

Par un bel après-midi d’été

Il fait chaud. Presque pas d’humidité. Une légère brise à la clef.

Je m’assieds au clavier. J’ai déjà mis en marche l’enregistrement audio.

Il fait chaud. Les doigts n’ont pas besoin de réchauffement.

Par un bel après-midi d’été, tellement agréable d’improviser.

Il fait chaud. Pas trop, juste assez. Comme ces notes retrouvées.

Les mêmes, désordonnées sans cesse renouvelées.

Il fait chaud. Prêt pas prêt c’est l’apéro.

Enregistrement sur Sonar Cakewalk: Clavier Korg,. Une seule prise live. La joie de l’impro.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/06/12

Mois de mai à Procrastiner

J’aime le mois de mai. Le mois des premières: Pas celles sur la Croisette à Cannes. Que non! Les premières chaleurs à saveur estivale. Retrouver mon balcon où je me fais dorer la couenne. Les fleurs, les unes après les autres, qui embaument et chatoient mes promenades. Mais depuis des lustres il y a une tradition que je perpétue. Lors de mes séances musicales j’utilise un vieux chant québécois que je brasse d’un bord à l’autre:  »C’est dans le mois de mai »

Je suis moins enclin à créer de nouvelles pièces. Passant plus de temps à l’extérieur moins de temps assis au piano. Mais quand cela arrive, l’utilisation de ce thème archi connu pourra peut-être débroussailler un nouveau sentier.

Pourquoi ce manque d’ardeur créatrice? Je ne suis pas comme la cigale de monsieur de la Fontaine, je n’attends pas l’été. Après un long hiver et un printemps qui tarde souvent à venir. Le contemplateur en moi a besoin de passer ses après-midi à regarder les nuages traverser le ciel, laisser les oiseaux m’enchanter de leurs trilles ou faire la sieste bercé par une douce brise.

Et comme le notait un écolier après la lecture de la fable susnommée:  » La cigale elle sait chanter et jouer de la guitare. Pas la fourmi. »

Savoir mettre où il faut ses valeurs existentielles.

Comme vous le constatez cette procrastination se prolonge en juin. On verra pour juillet et plus tard s’il le faut.

Enregistrement  »

Enregistrement  »live » sur Sonar Cakewalk, Clavier Korg, impro aux thèmes connus. Une seule prise.

Pour les puristes je me promène entre le ton de mi et sa relative mineure do#. Celles et ceux qui connaissent mes sparages musicaux vous diront que ça se ressemble. L’improvisation se fait surtout par les ponts (bridges) d’une mélodie à l’autre. L’itinéraire choisi est aléatoire. C’est la joie de l’impro… découvrir de nouvelles avenues et parfois des thèmes surgissant de nulle part. Le tout un peu comme l’image qui suit, un mélange se voulant harmonieux.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/04/26

Thèmes à déconstruire

Orphée et Eurydice: La danse des esprits bienheureux.

Pourquoi thèmes à déconstruire?

Parce qu’il faut les construire en premier.

Voici un extrait de C.W. Gluck pour ajouter à ma panoplie de thèmes musicaux à déconstruire.

C’est que vous entendrez en première partie, précédé d’une petite impro en intro.

La seconde partie vous rappellera peut-être une mélodie connue.

La chanson d’un pâtre grec qui peut-être puisa son inspiration musicale chez un compositeur allemand?

Je vous laisse deviner.

C’est ajouté à la fin une phrase ou deux de Couperin: Les Barricades Mystérieuses.

Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas le premier à me laisser influencer par des écoutes musicales.

Cela dit avec toute l’humilité qui m’habite.

Ne dit-on pas qu’en croyant être humble nous ne le sommes déjà plus.

Il faut savoir emboucher sa trompette quand il le faut.

Après écoute vous aurez remarqué quelques hésitations,

Toujours plus difficile de reproduire une mélodie sans fausse note dans un enregistrement en direct.

Le tout sera mieux livré et déconstruit à la clef de mes prochaines improvisations.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/03/20

C’est le printemps

Ceci n’est pas une hirondelle

C’est le printemps qui s’invite aujourd’hui. Enfin. Et pour une fois à Québec la météo semble l’accompagner. Soleil, ciel bleu et neige qui fond. La semaine qui vient sera à l’avenant. Au delà des normales saisonnières nous annoncent les miss Météo. Grand bien nous fasse.

Mon logis se pare depuis ce matin de cette belle lumière printanière. Les notes de mon piano semblent chatoyer, prélude de ce que je vous offre maintenant.

Écoutez ce morceau comme si vous preniez l’apéro chez des amis, à l’entremets et tant qu’à y être au trou normand. D’où sa durée plus longue et les quelques hésitations du direct. Dans la dernière année qu’une seule occasion où j’ai pu m’assoir devant un vrai piano avec mes bons amis. Cela me manque. Pas autant que de les revoir mais pas loin. Ils sont indissociables bien évidemment. Ce sera bientôt la fête nous recevrons tous le vaccin anti Covid dans les prochaines semaines.

Photos de ces beaux instruments dans leur cadre enchanteur.

Enregistrement une seule prise, Sonar Cakewalk, clavier Korg, fichier mp3.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/03/08

Inspiration d’un lundi matin moins confiné

La lumière ce matin est presque printanière. Mais la froidure nous ramène vite à l’ordre. Enfin on nous allège le fardeau des mesures sanitaires. Les restos nous accueillent à leurs tables. Les adeptes de suées retrouvent leurs gyms. Cinémas ouverts et salles de spectacles avec des artistes sur les planches. Il y aura toutes sortes de règles à suivre mais le carcan est un peu moins serré. Ce sera bien de se sentir moins engoncé.

De là cette musique ce matin, thème en construction, mais qui je crois illustre aussi mon état d’esprit. Début presque sombre mais se développant plus joyeusement.

Improvisation prise en direct, clavier Korg, enregistrement sur Sonar Cakewalk. Fichier MP3

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/02/12

Maître à Penser Musical

Je serai bref. Depuis des décennies celui qui influença plus qu’énormément mes musiques nous a quitté.

Chick Corea n’est plus. Voici le message qu’il nous laissa avant de partir.

« Je tiens à remercier tous ceux qui, tout au long de mon parcours, ont contribué à maintenir les feux de la musique allumés. J’ai l’espoir que ceux qui ressentent l’envie de jouer, d’écrire, de composer, de se produire en spectacle le feront. Si ce n’est pas pour vous, alors pour le reste d’entre nous. Ce n’est pas seulement que le monde a besoin de plus d’artistes, c’est aussi très plaisant. »

Mon leitmotiv allant dans la même direction: jouer de la musique comme dans s’amuser.

Je vous mets une petite impro enregistrée ce matin. Ce sont différents thèmes que j’ai empruntés à ce grand musicien. Si vous entendez des hésitations c’est que je ne voulais pas sortir du mood Corea.

Publié par : Jacques Grégoire | 2021/01/05

Année sous Influences

En cette année complètement hors normes, qu’est-ce qui nous a influencés?

Il y eut la peur d’attraper l’omniprésent virus avec son cortège de craintes totalement irrationnelles: du papier-cul à la levure pour pétrir son pain.

Le confinement. Quand le miroir devient ton seul interlocuteur ou pire ceux qui partagent le même toit n’en peuvent plus de s’endurer. Ici l’influence doit s’accorder avec la tolérance. Verrons-nous de pair à un babyboom un déluge de divorces?

Faire ses recherches. Les résultats couvrent tous le spectre du contenu internet. Les complots les plus farfelus mais surtout le rejet de toute idée qui ne rejoint pas ton clan. Une fois influencé plus moyen de revenir en arrière. Sectaire disiez-vous?

Les influenceurs justement. Je me méfie et plus souvent qu’autrement je passerai mon chemin. J’essaie de l’être tout autant pour les commentateurs dans les journaux et autres médias. Mais certain(e)s surtout dans des organismes reconnus auront ma confiance mais toujours en gardant un certain recul. J’irai voir dans le parterre en face si l’herbe est aussi verte.

La musique. Je me laisse influencer facilement. Écouter un album ou un compositeur en boucle, bonheur pour mes oreilles relatives. Les thèmes ou rythmes s’imprègnent dans ma mémoire et se frayent un chemin jusqu’aux bouts des doigts. La pièce qui suit en est un preuve patente. Avishai Cohen, contrebassiste et compositeur, dont les mélopées moyennes orientales ensorcellent. Influence bénéfique car un bon moyen de briser l’isolement, avoir ou se créer une passion. Un aperçu de cette influence, la pièce: A moment in time.

Influence Avishai

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/11/03

Défi pour lunatiques

La semaine dernière un bon ami lança un défi aux lunatiques sommeillant en nous.

Il s’agissait de photographier coucher et lever de la lune et du soleil.

Nous avions la chance d’avoir une lune bleue le soir de l’Halloween.

Lune bleue parce qu’il y a eue une deuxième pleine lune dans le mois de novembre.

Je vous mets le lien vers Wikipedia expliquant le tout.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lune_bleue_(astronomie)

Mais encore plus rarissime, la première fois depuis 1944 d’avoir une lune bleue le soir de l’Halloween

Me voila un lunatique frigorifié à photographier le coucher de lune le 31 octobre.

Avec l’aube d’une magnifique journée d’automne à venir.

N.B. Si vous cliquez sur l’image vous pourrez mieux visualiser la photo.

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/10/18

 »Band » de Salle Paroissiale

J’expérimente depuis quelques semaines un nouveau logiciel musical.

Le dit bidule se serait transformé en Machine à voyager dans le Temps.

Avec le résultat que vous pourrez entendre en cliquant sur le lien plus bas.

Retour vers un passé plus ou moins éloigné.

Ce sera selon votre âge, de vos expériences vécues.

Souvenirs de soirées au terrain de camping, d’une noces ou bien de vos premiers  »slows ».

20.10.17 Band de Salle Paroissiale : Band Lab, Guitare Godin , Clavier Korg

Percussions et Basse avec Band Lab: logiciel séquenceur avec échantillonnages.

Mixage et effets: Cakewalk. Guitare et clavier : Jacques Grégoire

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/05/22

Chronique de mon balcon et le 10.3.2

%&%&%&%&%&%&%&%
Première vraie sortie sur mon balcon. Fait 27°C, avec une belle brise chaude presque une caresse. Bonheur! Bien vautré dans ma vieille chaise transat à vous partager ma douceur de vivre. Les érables, chênes et autres peupliers se pavanent, vert tendre sur un bleu du plus bel azur. Vive la vie!
Heureux à me sentir coupable pendant cette pandémie, mais non! Enfin les décideurs décident. La lourde chape du confinement et son cortège d’obligations citoyennes sont allégés.
10.3.2
C’est ainsi que se conjugue les nouvelles directives de la Santé Publique. Vous pouvez maintenant vous réunir à l’extérieur seulement. Pas plus de  10 personnes à la fois, provenant de pas plus de 3 maisonnées et garder la distanciation de 2 mètres. On ajoute un alinéa à ces nouvelles directives: vous pourrez entrer à l’intérieur que pour utiliser le cabinet d’aisance de la famille hôtesse ou pour toutes autres urgences: tel que changer les couches du petit dernier ou les bouffées de chaleur de tante Artémise.
Un grand soupir de soulagement collectif. L’été au Québec est si court et couru, qu’une révolution pas très tranquille se dessinait à l’horizon advenant la continuité des mesures jugées trop restrictives. Je présume que la population québécoise aurait eu très envie de secouer ses acceptations trop souvent ovines. Je crois que nos dirigeants ont bien vu venir la grogne qui s’installait. Valait mieux encadrer le tout que d’un laisser aller vers la clandestinité.
Publié par : Jacques Grégoire | 2020/05/16

Entre l’inconvénient et l’offense

Je vous copie un article lu il y a plus d’un an. En ces moments de confinements, de remise en question et surtout de divergences d’opinion menant souvent à la confrontation. Quelques mots de l’éthicien René Villemure. Vous trouverez aussi tous les détails pour vous abonner à ses commentaires.

-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-8-

Entre l’inconvénient et l’offense
lundi, 04 mars 2019
Depuis que l’individu est devenu le centre du monde, il semblerait que le ressenti [pour soi] prime sur la société. Il semblerait que ce nouvel-individu, auto-centré et hyper-sensible, ressente chaque contrariété comme étant une attaque personnelle. Il semblerait que tout inconvénient, pour ce nouvel-individu, soit devenu une offense. Sans nuance aucune. À ce titre, la société ne peut être que perdante. Est-ce ainsi que l’on veut vivre?
Que devons-nous penser? Que pouvons-nous faire? Que pouvons-nous espérer?
Ces interrogations énoncent le fondement de la pensée philosophique antique, celle qui considérait que vivre en société valait mieux que vivre seul. Afin de ne pas sombrer dans le marasme du cynisme, quelques distinctions s’imposent entre l’inconvénient et l’offense.
L’inconvénient est avant tout un désagrément, un désagrément qui ne convient pas à notre vision du monde ou à notre plan pour la journée et, comme le mot le laisse deviner, un désagrément est…désagréable, il est toutefois de l’ordre du ressenti. Il faudrait cependant éviter de confondre ce qui est désagréable, inconvénient ou fâcheux avec une offense proprement dite.
L’offense diffère de l’inconvénient par sa nature et par sa force. Alors que pour ressentir on peut être seul, pour subir une offense il faut au moins être deux.
Au-delà du désagrément, l’offense choque ou blesse, même. L’offense peut résulter d’une insulte, d’une attaque, qui heurte là où nous sommes vulnérables. Offensé, on se sent diminué, battu.
Pourtant, il faut savoir que tout inconvénient n’est pas pour autant une offense.
La confusion de l’inconvénient et de l’offense est une conséquence directe de la pensée binaire qui afflige la société en ce moment. Devant l’offense perçue, qui n’est souvent qu’inconvénient, le nouvel-individu se fâche et hurle son indignation, en ligne : en toute affaire, on nous somme d’être « pour » ou « contre »; la nuance est automatiquement évacuée sous peine d’exclusion.
La nuance implique nécessairement des degrés – pensons ici aux nuances de couleurs – des degrés qui s’offrent à nous afin que nous puissions faire notre propre opinion.  L’injonction « pour ou contre », même si elle est populaire, signe la mort de la réflexion; réflexion sans laquelle le sens ne peut être déterminé, donc, on s’égare…
Pourtant, c’est dans la nuance que les choses sont les plus belles.
Alors qu’Oscar Wilde écrivait que c’était l’incertitude qui nous charmait, que tout devenait merveilleux dans la brume, force est de constater que cette même incertitude, de nos jours, n’est plus que source d’insécurité et de crainte. Pourtant, si on voulait un peu plus on pourrait tous mettre l’épaule à la roue et remettre les choses en perspectives en cessant de confondre l’inconvénient et l’offense.
Cesser de craindre est le remède qui permettra de faire les distinctions qui s’imposent.
Toute remarque n’est pas une attaque.
Toute différence d’opinion n’est pas la fin du monde.
Plusieurs visions du monde peuvent cohabiter.
La confiance vaut mieux que la méfiance.
Méditons ces quelques points, le monde n’en sera que plus beau.
Partager
Courriel
afin de recevoir les bulletins réflexifs
Suivez-nous sur
Facebook
Twitter
Linkedin
Youtube
Contactez-nous
René Villemure Éthicien.
4620 avenue Doherty
Montréal, QC H4B 2B3
En Europe
Représentation en Europe
AdGENCY Experts
Contact: Denis Adjedje
Au Canada
Représentation exclusive au Québec – Éthikos
Sophie Hamel-Dufour
© RENÉ VILLEMURE 2019 – TOUS DROITS RÉSERVÉS. | POLITIQUE DU SITE | +
Publié par : Jacques Grégoire | 2020/05/03

Celle Qui Chasse Prend la Place

Odile sur meule foin

En ces temps de pandémie, comme beaucoup d’entre nous, je suis confiné à mon domicile urbain. De par mon âge et même sans cela je ne pourrais pas accéder à la maison de campagne, les voyages entre les différentes régions de la province sont proscrits.

Mais voilà que la maîtresse de céans, elle aussi, est confinée. Contrainte au télétravail, ô bonheur, vous devinez où… de la campagne. Cela devrait durer pour une assez longue période et possiblement devenir permanent. Le bon côté du virus, forcer les administrations à enfin accepter les bienfaits du travail de chez-soi. Pour M* ce fut le moment choisi, idéal, pour adopter une nouvelle amie féline.

Je vous présente Odile. Une belle chatonne dans la force de l’âge, un petit peu enrobée dira-t-on mais c’est pour la beauté de son pelage. Elle prend maintenant ses aises dans et autour de la maison dans le rang.

Pour en venir au titre qui coiffe ce billet, Odile a tellement pris sa place qu’elle occupe aussi mon lit de chambreur. Vivement la fin des quarantaines ou autres isolements, qu’enfin je puisse la rencontrer, apprécier ses ronronnements et surtout pouvoir partager son lit.

Odile sur mon lit

* M: Pourquoi juste une initiale,  par souci d’anonymat. Je vous mets le lien vers l’article en faisant cas.         https://wordpress.com/post/gregoirejac.com/3239

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/04/06

Ça, Surmoi, Moi et Quant à soi

En ces temps de confinements et d’isolement, tout est mis en oeuvre pour nous faciliter la vie. Pour beaucoup d’entre nous ce sera la découverte du quant à soi.

Quant à soi:   nom masculin singulier

  1. Réserve un peu fière d’une personne qui garde pour elle ses sentiments.
    • Rester sur son quant-à-soi

      garder ses distances.

À propos n’est-ce-pas: Garder ses distances. Ne plus vivre dans la foule journalière, ne plus se camoufler parmi les autres tout autour, en gardant  maintenant sa superbe pour les quatre murs de sa demeure. Remarquez que je pourrais dire aussi bien le quant à moi. Ce  »moi » si important pour tous, toutes générations confondues.

Ce qui m’amène vers une de mes lectures (lire le côté positif de cette Pandémie) et qui je crois nous donne un aperçu assez rigolo du moi et cie. De Philippe Sollers,  »Centre ».

******

 »Freud commence par une première trinité, Inconscient-Préconscient-Conscient, et en pose bientôt une autre, Ça-Surmoi-Moi. Le Ça est une poubelle de pulsions, le Surmoi est féroce, le Moi est fragile. Le Surmoi joue le rôle d’un accusateur permanent, pendant que le Ça n’est que trop adhérent du Diable. Le Moi est accablé (d’autant plus que la température sociale est glaciale), et a besoin d’un avocat. Dans le vieux monde, on l’appelait le Paraclet (le Saint-Esprit). Dans le continent Post, ce seront les médocs ou la drogue.
<<Là où c’était, je dois advenir.>>
Magnifique formule, mais je dois me tirer seul d’affaire en me prenant par les cheveux pour me sortir de ce bourbier. »
******
Ce   »là où c’était » c’est nous en ce moment sans nous demander ce que nous allons
advenir mais parvenir, atteindre les objectifs dictés par la science et nos dirigeants.
En profiter aussi pour faire le ménage dans notre Ça-Surmoi-Moi.
Je reviendrai  pour le ménage dans un prochain article.
Publié par : Jacques Grégoire | 2020/03/27

Anxiété ou se laver les mains

IMG_3192 - Copie finale

Pour ajouter à l’anxiété

(photo prise dans le boisé derrière la maison de campagne)

J’ai lu ou entendu souvent dans les différents médias qu’il faut profiter de tout ce temps que nous offre le Covid-19.

Premier geste à poser croirais-je, se débrancher de toutes ces sources d’informations continues, ponctuelles ou récurrentes. Les RDI, LCN, CNN, Wapo, NYtimes, Soleil, Presse ou Devoir de ce monde…Diplomatique itou. Rationnez le temps alloué aux écrans comme on le demande à nos enfants.

À cause de mon âge et avant que ce soit suggéré par m.Legault, mes deux enfants m’exhortèrent à laisser mon emploi. Ils craignaient pour ma santé. Travaillant directement avec le public, ma réflexion fut brève et  j’obtempérai. Ce fut le début de mon anxiété…..

Cela fait maintenant 14 jours que que suis en isolement. Me voici   »avec-pas-de-symptôme ». Un souci de moins.

Il y eut évidemment l’épicerie faite et livrée par ma fille. Elle se promenait dans les allées tout en m’envoyant les photos via messenger pour s’assurer du bon item ou en choisir d’autres quand les tablettes se retrouvaient vidées. Je m’abstiendrai aujourd’hui de tout commentaire désobligeant envers mes supposément semblables.

J’ai donc appris à nettoyer toute cette bouffe reçue. Contenants, bouteilles même les fruits et légumes y passent. Il semblerait que le meilleur produit pour faire disparaître le méchant virus: le savon à vaisselle. Voir lien qui suit. Autre souci qui s’envole.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1687727/covid-19-coronavirus-epicerie-decontamination-aliments-produits-savon

Autre point et non le moindre: Que seront mes revenus? Après un peu plus d’une semaine nos gouvernements nous ont concocté toute une panoplie d’aides directes ou indirectes. J’ai pu m’inscrire comme la plupart de mes collègues de travail à l’assurance emploi, notre administration ayant fait diligence. Mais avec la Prestation Canadienne d’Urgence une très grande partie de la population pourra recevoir un montant de 2000$ par mois pendant 4 mois. Et si comme moi  vous vous êtes inscrits au  »Chômage » dans les dix derniers jours votre dossier sera transféré au PCU automatiquement. Bonheur et souci en moins.

Enfin paradoxalement tout ce temps disponible peut apporter aussi son flot d’anxiétés. Je me considère chanceux, depuis longtemps je vis seul et ai appris qu’il faut meubler son temps avant de le perdre autant que le Nord. Je me suis fait un agenda que j’essaie de suivre au mieux de ma disponibilité et de mes envies. Je vous en donne un aperçu: Temps pour la musique, une heure de lecture autre qu’actualités, faire mes exercices physiques: ceux prescrits par ma physio et le vélo d’appartement, méditation qui se termine souvent en sieste, être plus assidu sur ce blog, faire du ménage dans mes enregistrements ou mes écrits, communiquer avec famille et ami(e)s. Pour leur éviter des soucis.

Le plus important selon ceux et celles ayant à vivre reclus pendant une longue période, je pense ici aux astronautes dans la station spatiale, il faut surtout bien dormir. Éviter la  »Pitourne ». Tourne d’un bord pi tourne de l’autre. Et si votre nuit est trop courte faites des siestes.

Je nous souhaite un retour à la vie normale le plus vite possible. N’oublions pas qu’il y aura un avant et un après le CoronaVirus.

 

 

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/03/19

Syndrome de la cellule et coronavirus

IMG_8751

Pour le printemps qui arrive ce soir à 23h50

Je vis depuis depuis 2005 dans des studios plus ou moins spacieux. Je vous mets les liens vers les différents articles les décrivant ou expliquant le pourquoi de leur exiguïté.

https://wordpress.com/post/gregoirejac.com/2685

https://wordpress.com/post/gregoirejac.com/1729

Pourquoi aujourd’hui associer le coronavirus à mes minis appartements? Vous me voyez arriver avec mes gros sabots… Je suis en isolement chez-moi. Âge oblige,  j’ai suivi les conseils de la nouvelle vedette médiatique du Québec: monsieur Horacio Arruda. Sans oublier notre PM monsieur Legault qui a tracé le chemin pour ses homologues provinciaux et surtout fédéral. Levons notre chapeau pour cette bonne gestion de la pandémie.

Depuis 2005 à n’avoir que 4 murs dans mon chez-moi. Une seule pièce où j’ai tout à portée de main. Je comprends facilement ceux ou celles qui préfèrent dormir ailleurs que dans leur le lieu de vie. Odeurs de bouffe, obligation de déplacer les meubles soir et matin, sentiment de manquer d’intimité, manque de rangement et j’en oublie.

Dans les circonstances que nous vivons en ce début de printemps, l’isolement que je subis en ce moment, je ne le subis pas justement. Je suis habitué à être confronté à la solitude. J’ai dit confronté, non, elle est devenue une amie, une très chère amie. Si vous avez lu les autres articles, j’aurais tellement voulu avoir ce même environnement lorsque j’étais étudiant. L’ado septuagénaire que je suis en profite maintenant depuis 16 ans ou presque. Tout est dans toute.

Avec tout ce temps à ma disposition, je ressasse mes vieux thèmes musicaux quand je ne les déconstruis pas carrément. J’en profite aussi pour faire un bon débroussaillage de mes pièces. Je les ai toutes mise sur le nuage Google. Après avoir fait un premier tri chronologique, je n’ai réécouté que le début d’une seule pièce. Phrasé que j’ai incorporé dans une pièce existante. De redécouvrir des thèmes enfouis dans ma mémoire de plus en plus binaire, je m’en souviens ou bedon je m’en souviens pas. Bonheur que d’improviser à nouveau, valse, farandole, 5 ou 6/8 à raccrocher.

Je vous mets un salmigondis de ces phrases que vous allez facilement reconnaître.

Mais surtout prenez soin de vous et ne contaminez pas vos proches ou semblables.

 

 

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/02/15

Clapotis déconstruit

stickers-portee-musicale-arabesques-R1-109116-2

Lors de mes moments de pratiques ou d’improvisations musicales,

Il arrive qu’un morceau se déconstruise.

Soit dans sa trame ou le phrasé.

Un petit 3 minutes et plus vous l’illustrant.

 

 

Vous avez aussi l’original sur YouTube.

 

Vidéo réalisée par ma fille Alice il y a 7 ans.

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/02/02

Pas Sam’di mais Vendredi Soère

stickers-portee-musicale-arabesques-R1-109116-2

Depuis la mi-janvier, mes journées de congé ont été chamboulées.

Je ne travaille plus les fins de semaine.

Mes Sam’di Soère sont devenus des Vendredis.

Où en terminant le boulot avec l’adrénaline toujours en bandoulière.

Il y a mes musiques à pratiquer mais surtout à improviser.

Les pratiques maintenant se font plus quotidiennes et assidues.

Vous entendrez et reconnaitrez des thèmes connus,

Entremêlés de mes nouvelles recherches.

Comme toujours excusez les jambettes

Publié par : Jacques Grégoire | 2019/12/23

Souhaits et Musiques

IMG_2155

En ce 23 décembre, bien installé dans mon chez-moi, voguant de mon fauteuil à ma table d’ordi. Sentiment de plénitude à la boutonnière, les oreilles bioniques bien branchées sur les choix musicaux concoctés par Spotify.

Malgré toute l’aversion possible contre les GAFFA du monde virtuel, il faut quand même admettre les bons côtés de ces géants gobe-tout.

Pour illustrer mon adhésion à Spotify, il me fallut au tout début prendre le temps de choisir les musiques ou auteurs/compositeurs que je souhaitais entendre. Le logiciel et ses algorithmes ne cessèrent de m’offrir en fonction de mes choix d’autres artistes que j’avais oubliés ou d’autres que je ne connaissais que de nom. Je pris le temps qu’il fallait,  presque 3 heures. L’exercice en valait la peine, croirais-je.

M’est offert quotidiennement depuis 6 listes, selon mes choix du début ou en fonction des mes écoutes récente. Le tout divisé selon les genres: Classique allant du Baroque, Romantique, Pianistique ou orchestral. Pop, Jazz, Chanson… En ce moment j’écoute du Schoenberg après une interprétation de la Bicyclette à la guitare classique étincelante suivi de Lucy in The Sky avec un duo harpe et sitar.

Les pièces que je viens de vous énumérer viennent des Découvertes de la Semaine. Enregistrements récents dont vous pouvez découvrir l’album complet en cliquant sur les liens fournis. Ceci vaut aussi pour toutes les morceaux offerts ou en faisant des recherches comme je le fis pour trouver du Monique Leyrac, la semaine dernière.

Je vous souhaite  »Toute une Musique »

_mg_9999

Un joyeux Temps des Fêtes

Ainsi qu’une Bonne et Heureuse Année

P.S. Je souhaite de tout cœur que nos dirigeants peu importe le pallier ordonnent à ces compagnies utilisant ces musiques de payer justement les droits d’auteurs. Vivement.

Publié par : Jacques Grégoire | 2019/11/27

Recherche sur un thème connu

 

J’ai dû changer d’ordi et ainsi mettre à jour la toute nouvelle version du logiciel Cakewalk.

Celui qui me permet d’enregistrer les pièces que vous écoutez.

Recherche sur un thème d’un de mes maîtres à pianoter: Paul Simon.

Tiré de la trame sonore du film: The Graduate…. Scarborough Fair.

En souhaitant que cela vous plaise surtout pour la nouvelle prise de son.

Publié par : Jacques Grégoire | 2019/08/14

Nostalgie

Je ne me considère pas comme étant nostalgique, croirais-je?

Alors pourquoi suis-je à explorer  »les Internets »? Redécouvrir ces musiciens que j’admire et dont je réécoute certaines de leurs compositions en boucle. Celles qui m’ont fait vibrer et qui me subjuguent encore pour toujours.

En voici quelques exemples avec les liens vers YouTube

Sérénade en Mi majeur op.22  Antonin Dvorak

Atom Earth Mother de Pink Floyd

par des étudiants du Conservatoire

 

Crosby, Stills, Nash and Young album Déjà Vu

 

 

KIng’s Singers Masterpiece Surprenant et divertissant

 

Ces quelques pièces vous montrent tout ce que j’ai pu retrouver en effectuant mes recherches nostalgiques. Vous aurez remarqué que les résultats ne s’accrochent pas au passé par la forme, les performances ou les artistes. YouTube et autres moteurs de recherches aidant. Mais surtout mon présent s’est transformé radicalement il y quelques mois. J’ai récupéré une audition musicale qui m’a fait longtemps défaut. J’ai obtenu de nouvelles prothèses auditives à la presque fine pointe de la technologie. Celle permise par la RAMQ une fois au 5 ans.

La qualité du système  »BlueTooth » me comble absolument. Tant pour l’écoute musicale que pour mes propres prestations et les enregistrements que je peux en faire. Je vous ferai part plus tard de nouvelles musiques, compositeurs et du nouveau  »Cyborg » que j’entends poindre à l’horizon.

 

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2019/05/18

Expérience piano en DPS

J’ai de l’équipement informatique nouvellement ajouté. Je tente une expérience de

Diffusion Presque Simultanée

DPS

Il y a longtemps, j’ai tenté l’expérience mais je passais plus de temps à essayer de diffuser qu’à être au piano. Cela est plus rapide maintenant.

Prenons cela comme un Sam’di Soère presque en direct, avec ce que ça implique de jambettes et autres double croches incongrues.

1- Pratique et recherches Main Gauche sur des Thèmes connus

 

 

2- Titre « Bonne Fête«  La fin se termine sur le thème premier, composé pour l’anniversaire d’une amoureuse, il y a très longtemps.

 

 

3- Titre « Clapotis«  Ma pièce Phare. Celle qui m’a inspiré à aller de l’avant dans mes recherches et pratiques.

 

4- Pratiques:  A.   Musique Klezmer vers Tentative Tango  B.   Blues Thing Favored. À constater que le Sam’di Soère fait son œuvre. Durée plus longue.

 

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2019/05/09

Lune Cendrée

20190507_204257 - Copie (2) Blog

J’ai eu l’occasion de contempler dernièrement un spectacle que nous offrent

Notre belle Terre et sa compagne la Lune.

Ce qui suit: un article du journal Le Soleil l’expliquant

(Lien aussi en fin d’article)

( photos avec Portable LG6)

*&*&*&*&*&*&*&*&**&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*

Le printemps est une période favorable pour observer un phénomène fascinant :

la lumière cendrée de la Lune.

En parcourant son orbite autour de la Terre, la Lune nous présente des phases. Quelques jours avant ou après la nouvelle lune, nous pouvons observer un mince croissant lunaire dans le ciel. Mais en y regardant de plus près, on peut aussi distinguer la portion non éclairée du disque lunaire. C’est ce qu’on appelle la lumière cendrée de la Lune; elle est encore plus évidente sur des photographies où on voit nettement tout le disque lunaire faiblement illuminé.

La Lune réfléchit la lumière qu’elle reçoit du Soleil; c’est bien sûr ce qui nous permet de voir sa partie éclairée. Mais il en va même pour la Terre : les nuages et les océans réfléchissent vers l’espace environ 37% de la lumière solaire qui atteint notre planète. Une partie de cette lumière réfléchie éclaire à son tour la Lune. Ce clair de Terre est cependant beaucoup plus faible que l’éclairage direct du Soleil. Lorsque la partie éclairée du disque lunaire est trop importante (premier ou dernier quartier, Lune gibbeuse ou pleine), la lumière du clair de Terre est noyée par celle provenant du Soleil. Ce n’est que lorsque la Lune présente un mince croissant que nous pouvons discerner la lumière cendrée.

La période entourant l’équinoxe du printemps, de février à mai, est la plus favorable pour observer de fins croissants lunaires dans le ciel du crépuscule. À cette époque de l’année, à nos latitudes, l’écliptique (la ligne imaginaire qui figure le plan de l’orbite terrestre, et où semblent se déplacer le Soleil, la Lune et les planètes dans le ciel) se dresse avec un angle très prononcé par rapport à l’horizon après le coucher du Soleil : cette géométrie avantageuse permet donc à la très jeune Lune (18 à 48 heures après la nouvelle lune) de s’écarter rapidement du Soleil et de l’horizon, lui permettant ainsi de se trouver à une bonne hauteur dans le ciel pendant le crépuscule.Vous aurez une belle opportunité d’observer la lumière cendrée de la Lune les 6 et 7 mai, environ 45 minutes après le coucher de Soleil. Le 6, le croissant de Lune sera juste au-dessus de l’étoile brillante Aldébaran de la constellation du Taureau, bas à l’horizon ouest. Le lendemain soir, la Lune sera plus haute dans le ciel et reposera en bas et à gauche de la planète Mars, reconnaissable à sa teinte rougeâtre. La lumière cendrée est bien apparente à l’œil nu, mais elle est encore plus spectaculaire lorsqu’on observe le croissant lunaire aux jumelles ou à l’oculaire d’un petit télescope.

*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*

20190507_204215 - Copie 3 Blog

Lune accrochée au mélèze

https://www.lesoleil.com/actualite/science/le-ciel-de-mai-2019-observer-la-lumiere-cendree-de-la-lune-9d4ff9118f46134a598334a62439d03a?utm_campaign=lesoleil&utm_medium=article_share&utm_source=email.

Publié par : Jacques Grégoire | 2019/02/22

Gerhard Holmes?????

loupe Holmes

Notre ami Gerhard, le piano, s’est trouvé un nouveau costume.

Il joue au détective qui longe les allées et passages douteux, sait-on, à la recherche de Jackie, l’Éventreuse et autres malfrats.

Pour ceux et celles qui écoutent TV5 ou Planète +, vous reconnaîtrez un « temps » soit-il, le thème musical de l’émission: « Faites entrer l’accusé ».

Enregistré sur piano droit Heintzmann,  avec Guitare Godin et VAmp

Mixage et mastering sur Sonar. Piano et guitare à la 2ième prise.

J’espère que vous partagerez le plaisir que j’ai à m’amuser, à jouer de la musique.

 

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2018/11/07

Chanson façon Klezmer

20181009_133404

Salon studio

Ce que vous entendrez a été enregistré lors d’une pratique pour une chanson qui fait dans le  »reel » québécois mais avec une musique empruntée d’un vieux chant yiddish. Cette version klezmer-québécoise n’est pas encore au point, les paroles françaises sont à peaufiner ainsi que l’accompagnement à l’accordéon.

Comme nous avons sur la partition des paroles yiddish écrites en alphabet gréco-romain, nous décidâmes M. et moi d’essayer d’utiliser ces mots, plus des phonèmes, pour mieux se mettre en bouche et aux touches l’air et la chanson.

Vous aurez là un bref aperçu du plaisir que nous vous partageons à pratiquer, à jouer de la musique, jouer comme dans s’amuser.

Les mots, devrais-je dire les sons, sont utilisés sans moquerie. Au fil de l’improvisation.

N.B. Il y a un petit glitch vers la fin ce n’est pas votre appareil.

Publié par : Jacques Grégoire | 2018/10/29

Soirée piano avec une archange de Piazzolla

20181009_153402

Quand Mère Nature joue à l’Artiste

Et pour l’accompagner, l’artiste de la maison de campagne,

M au piano et  une pièce de Piazzolla: Milonga del Angel.

N.B. Enregistrement live avec possibles crépitements des bûches dans le poêle à bois.

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2018/09/09

Musique du Sam’di Soère 18.09.08

stickers-portee-musicale-arabesques-R1-109116-2

L’inspiration était au rendez-vous hier soir.

En ligne une pièce en totale impro sur des thèmes connus et autres recherches.

Titre: Dialogues improvisés avec Larry alias la ré.

Durée: 15 min. Presque pas de jambettes.

Bonne écoute

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2018/08/24

Photos de mon nouvel appareil

20180820_113135

La cour arrière

20180814_143027

———————————–

Voici une série de photos prises avec mon nouveau téléphone portable. Le choix de ce « cellulaire » fut fait en fonction de la qualité du « Kodak ».

Mais surtout parce que j’ai rendu à ma fille son merveilleux « Canon Rebel ». Merci Alice de m’avoir redonné le goût de la photo.

N.B. Vous remarquerez qu’il n’y a plus de publicité maintenant sur le site et qu’il pourra être plus facile de laisser un commentaire.

Merci de votre assiduité.

Plus de 7000 clics atteints au début du mois d’août 2018.


De ma galerie préférée

20180821_060415

Petit Matin

20180820_175652

Fin d’après-midi lunaire

20180807_191834

Pour une aquarelle d’été

Cliquez sur le lien pour revoir la première photo et aquarelle de la galerie

https://wordpress.com/post/gregoirejac.com/3239

20180806_195557

Coucher voilé

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2016/02/02

Musique du Sam’di Soère 30 janvier 2016

stickers-portee-musicale-arabesques-R1-109116-2

Ajout le 18 avril 2018

Depuis quelques semaines j’ai remarqué que l’on cliquait régulièrement sur cet article.

Merci de votre assiduité.

Je rajoute aujourd’hui sensiblement les mêmes pièces

avec les nouveaux sentiers qu’elles empruntent.

 

 » 2 Chemins vers Renew Quintes vers Corea »

 

 »Glass in 6Notes »

 

Deux pièces que vous allez peut-être reconnaître. Work in Progress.

Beaucoup de pratiques en ce début d’Année, que je vous souhaite Bonne et en Santé.

A la Corea

La bémol et/ou do dièse   Recherches et/ou Études

Publié par : Jacques Grégoire | 2020/09/10

Ménage et Frayeur

Pour article Blog Mots

Le temps de faire le ménage

Je n’ai jamais eu peur de la poussière.

C’est en époussetant  que se découvre des pensées

Venant je ne sais d’où.

Souvenirs, réminiscences….Qu’en sais-je maintenant?

Comme ces frayeurs que j’ai.

Avoir peur des mots…

Ceux dont je ne me souviens plus.

Chérir ceux qui me sont fidèles.

Older Posts »

Catégories