Publié par : Jacques Grégoire | 2015/11/22

Ce qui disparaît peu réapparaître

J’ai pris le temps hier, le 21 novembre,  de mettre sur ce blog une pièce pendant une session de pratiques.

Action rarissime de ma part. Mais qui devrait se répéter désormais. Les techniques employées maintenant sont moins compliquées. Les français aimeraient certainement dire « friendly user ». (prononcer avec accent comme pour Woui Fi)

J’avais stipulé qu’elle disparaîtrait aujourd’hui. Ce qui est le cas. Mais elle réapparaît dans cet article maintenant.

Raison première: elle fut précédée par cette autre pièce lui pavant la voie.

Secondement: Pour illustrer que l’intuition créatrice mène souvent le chemin à suivre.

Encore un Sam’di Soère comme je les aime et en souhaitant que vous apprécierez aussi.

 

Selon l’humeur Recherches  en La bémol

 

Bien souvent se transformant en Do dièse

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/11/19

Pièces musicales sur blog et Radio Web

Mes connaissances du cyberespace ne cessent de s’améliorer. J’ai commencé à me promener dans le nuage (cloud). Celui de Google. Ma mère me disait que j’avais souvent la tête dans les nuages. Elle avait raison mais un à la fois.

Je peux me promener facilement entre mes deux ordis: celui qui enregistre de la musique et l’autre qui la met en ondes.

D’une session de pratiques à l’autre  je mettrai sur Radio MDGN une ou deux pièces qui tourneront en boucle.

http://mdgn.listen2myshow.com/

Vous pourrez aussi les entendre sur le blog avec une description de la captation, origines et autres divagations de mon cru.

J’essaierai de ne pas trop espacer le partage de mes recherches musicales. Je joue de la musique. Jouer comme m’amuser.

Merci de votre attention et appréciation

Bonne écoute

 

♪♫♪♫♫♪♪♫♫♪♪♫♫♫♪♪♪♪♪♫♪♫♫♪♪♫♫♪♪♫♫♫♪♪♪♪

Sebka 2012Photo prise dans Kamouraska

Titre: Aboitaux Tango

Thème connu que j’ai associé à un beat que je pratique depuis longtemps.  Première partie jusqu’à  01m 03spour illustrer c’est quoi un réchauffement quand je pratique.  Avec sparages presque orientales.  Pour en arriver à Aboitaux  en souvenir d’une belle marche dans Kamouraska.

 

♪♫♪♫♫♪♪♫♫♪♪♫♫♫♪♪♪♪♪♫♪♫♫♪♪♫♫♪♪♫♫♫♪♪♪♪

 

Micro avec PitouLà où je pratique.

Quand vous regardez le plafond, voyez-vous comme moi une illusion d’optique???

Il y a bien un masque de chien sur le pied de micro.

Masque de chien pour canidé, ce n’est pas une illusion.

 Titre: sans titre À la Correa

Vous remarquerez une cassure et une reprise. Les joies de l’informatique quand ça plante.  Mes exercices de réchauffements préférés. La mineur à la Correa. Presque pas de notes noires. Mais dé fois je construis des ponts entre 2 tonalités pas si pires.

 

N.B. Durée sur la radio  + ou moins 14 minutes

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/10/20

Radio Web de retour en ondes.

♪♫♪♫♪♫

http://mdgn.listen2myradio.com/

Je me suis procuré un nouvel ordi usagé pour la diffusion de Radio MDGN.

Le vieil ordinosaure après presque 10 ans de loyaux services a rendu sa mémoire au Cyber Grand Vide.

Il sera reconduit à l’Écocentre le plus proche.

Merci de lui envoyer de la compagnie si vous devez vous départir de vos vieux équipements informatiques.

Il me sera plus facile aussi de mettre en ondes de nouvelles pièces ou de nouveaux arrangements.

Avec des mises à jour plus fréquentes.

Merci de votre écoute.

♪♫♪♫♪♫

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/06/29

De la Pensée Magique

De la Pensée Magique

Elle se veut le Futur vécu

Espoirs et chimères perçus

S’associe-t-elle aux perceptions?

Elle sait que tout n’est qu’illusion

Qu’importe, te réconforte-t-elle

Où te mènent ses ailes?

Sur un nuage d’idées

Magie juste de Penser

Charny, le 29 juin 2015

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/06/18

Recherche du titre d’une pièce à la Guitare.

guitare ecritoire

 

Je mets en ligne un enregistrement d’une pratique à la guitare électrique. J’ai appris cette pièce il y a très longtemps d’un monsieur Lépine d’où le titre. Je ne vous dirai pas la décennie quand cela est arrivé. Si quelqu’un la reconnait merci de m’en faire part.

C’est une pratique dont le début est plutôt chancelant mais s’améliore vers la fin. Il faut peut-être ajouter un peu de volume. Voilà le pourquoi de la demande, pour retracer la partition et améliorer le tout.

 

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/06/15

15.06.13 Sam’di Soère avec Invités

Ce fut un Sam’di Soère très différent.

 

Vue de mon balconVue de nos balcons

Pendant que je pratiquais, mes voisins se prélassaient sur leur balcon-terrasse adjacent à mon logis.

Habituellement quand le voisinage est présent, je baisse le volume, j’utiliserai même les écouteurs. Surtout quand je suis en mode pratique et que je reprends la même pièce plusieurs fois d’affilé. Pas toujours agréable à écouter.

Pendant une pause pipée sur mon balcon. Jérôme, mon voisin, me demande de monter le volume que cela ne les dérange pas. Ne faisant ni un ni deux je les invite à s’installer sur mon canapé et vogue mes différents thèmes.

C’est toujours plus inspirant devant public malgré l’heure et un début d’éthylisme mais pas encore aigüe. Je vous mets en ligne la captation de ce moment.  Plus ou moins 10 minutes. Et de continuer nos libations après chacun chez-soi.

Merci cher(e) voisin(e) de votre appréciation.

 

Fichier mp3 seulement

Nous sommes en juin mais ce que vous entendrez est le résultat de toutes mes pratiques du mois dernier autour de l’air  » Au Mois de Mai ». À chaque année je reprends ce rituel. Chaque fois avec ses surprises et découvertes.

Tonalités de la bémol en ré bémol ou sol dièse en do dièse, majeur ou mineur. Des thèmes connus ou miens s’enchaînant selon l’inspiration du moment. Ma manière d’improviser. Autour de phrasés appris et d’autres surgissant de nulle part.

Ce fut un « Sam di Soère » très court. Que cette pièce au piano. Le reste de soirée se terminant en écoutes seulement avec un dodo très tôt.

Le lendemain dimanche était prévue une longue marche dans le vieux Québec avec pique-nique à la clef.  Il faisait une température magnifique,  journée un peu à l’image de cette pièce, nous promenant un peu partout au gré de l’inspiration.

Chapelle jésuites

Avec ses surprises: Chapelle des Jésuites où un orchestre à cordes des étudiants du Conservatoire était en répétition. Tellement agréable de voir comment « la » chef dirigeait et conseillait ses étudiants. Découvrir comment les arbres poussent dans ces parcs et ces rues que je n’avais pas arpentés depuis presque trente ans. Il ne faut pas oublier tous les clochers croisés en ce dimanche qui nous carillonnèrent leurs arpèges à toute volée.

Chapelles des jésuites

 

Bonne écoute. En fichier mp3 seulement.

 

 

Note: les photos sont de la Chapelle des Jésuites près de la porte Kent, coin d’Auteuil et Dauphine.

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/05/31

♫ ♪Premier Sam’di Soère en ligne 15.05.30 ♪ ♫

Depuis des lustres, mes samedis soirs sont presque exclusivement occupés par la musique. Je viens de terminer ma semaine de travail.Besoin de décompresser et au fil des ans l’habitude s’est incrustée: Musique, bon vin ou bières. Notes et mots plus souvent qu’autrement se bousculent au portique ou à la portée.

Il y a longtemps que je me promets d’en mettre des extraits sur le blog. Ce sera plus facile que de transférer sur ma radioWeb.

Vous pourrez entendre des extraits « live ». Cela implique aussi que je peux reprendre une partie de la pièce comme si je pratiquais.

 

En fichier mp3 seulement.

Première pièce (extrait du samedi 15.05.30 B)  Excursion autour du Mois de Mai.

 

Deuxième pièce (extrait du samedi 15.05.30 A) Comme un Signal avec un détour aux Grandes Orgues

 

N.B.: Si vous souhaitez une copie par courriel, cela me fera plaisir de vous la faire parvenir

gregoire_jac@videotron.ca

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/05/30

À Toi, Muse qui Rôde

Les murs se sont mis à réfléchir

Qu’entendent-ils de l’extérieur?

Intuitions musicales plus senties

Sont-elles miennes en tout?

Pensées fugaces presque étrangères

Est-ce que cette page m’appartient?

Mon seuil de porte, une frontière

Suis-je capable d’accueil?

À  toi, Muse qui rôde,

Les prochaines lignes sont tiennes

Sauras-tu conquérir mon territoire?

Charny, le 25 mai 2015

N.B: En recherche de musique pour mettre en chanson.

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/05/25

Pensées éparses d’un 3/4 retraité

guitare ecritoire

Je ne suis pas assidu sur mon blog. J’ai beaucoup d’articles en attente ou à terminer. Presque autant sinon plus de manuscrits.

Je dois avouer que je préfère écrire au stylo ou avec ma plume.  Être assis sur mon balcon en sirotant un café le matin ou un apéro prolongé en après-midi.  En hiver, bien installé sur mon canapé avec une sorte d’écritoire avec coussin incorporé.  Sous la magnifique lumière de mes fenêtres ensoleillées.

Évidemment que la musique accompagne ces scribouillages. Sans vouloir paraître élitiste, je préfère quand je suis seul écouter de la musique classique. Pour l’apprenti musicien que je suis, c’est toujours un bonheur d’être subjugué par le génie des compositeurs du passé ou contemporain. Soumettre mes émotions à ce que mes sens perçoivent. Je dis bien mes sens. Il n’y a pas que l’ouïe quand j’écoute de la musique. Quand crescendo et forte m’augmentent les palpitations cardiaques ou qu’une voix céleste me redressent tous les poils du corps. Je pense que nous ressentons tous cela peu importe le style de musique que nous écoutons. Je n’ai qu’à me rappeler les premières apparitions des Beatles au Ed Sullivan Show, Pink Floyd ou Miles Davis.

Ces écoutes musicales se font par la radio, les canaux spécialisés ou web radio. Depuis quelques semaines s’est ajoutée une nouvelle chaîne sur le câble Vidéotron-Illico: Mezzo.

http://www.mezzo.tv/

Voir les chefs diriger, les pianistes me faire damner d’envie, la mise en scène d’opéra servie à la moderne. Juste un exemple: un concert de Lucerne en Suisse. Tout était enregistré dès l’arrivée du public, l’orchestre qui s’accorde et enfin le maestro fait son entrée. Qualité sonore et image à l’avenant. On se croirait vraiment au concert…. Avec applaudissements, bis et re-bis  J’adore.

J’écris peu, la musique m’accapare beaucoup. J’ai récupéré la guitare Godin appartenant à mon fiston. J’ai déjà eu l’instrument en pension pendant une couple d’années. Antoine vint la reprendre, pensant pouvoir se remettre à la pratique. Mais ses études et son plan de carrière sont assez exigeants. Comme il ne l’utilisait presque plus je lui ai fait une offre qu’il ne put refuser. Me voici propriétaire d’un très bel instrument et de qualité dont vous pourrez entendre les premiers accords sous peu.

Ajouter une composante dans mon mini studio, pour « mini » professionnel tout autant, demande des ajustements et autres réglages plus ou moins pointus. Comme je fais cela selon mes connaissance glanées ici et là, il y beaucoup d’essais et échecs. Ce qui fait aussi la beauté de la chose et tout le plaisir que j’en retire. « Work in Progress » avec des résultats parfois surprenants.

Comme je suis plus notes que mots en ce moment, je crois que je vais mettre plus de musiques sur le blog.

J’aurais dû y penser avant. Je travaille là-dessus le plus tôt possible. Le procrastinateur que je suis vous le promet avec certitude.

Publié par : Jacques Grégoire | 2015/02/05

Effacer toutes les données sur son portable

samsung-2-604-564x261

Il y a quelques temps en essayant de régler un petit problème  »Bluetooth » sur mon « cellulaire », j’ai moi-même décidé de remettre les valeurs d’usine initiales. Malgré les avertissements que je perdrais des données et autres paramètres personnels. Y’en avait marre de tous ces « glitches » quand je recevais ou effectuais un appel téléphonique.

Mon exaspération versant dans des écarts de langages dont je vous évite la nature très eucharistiques. Vous n’auriez rien perdu pour attendre quand j’ai rouvert l’appareil après la remise aux valeurs virginales. Plus rien sinon que les quelques photos prises depuis que je possède l’instrument.

Une grande respiration et je me dis tout bêta que je suis:  » Admettons que c’est un grand ménage et pour une fois il n’y a pas de coin rond. » Valait mieux en rire.

Me voilà à réinstaller ce dont je me souviens sur le bidule.  Applications, contacts, accès courriel et toute cette panoplie de liens vers mes favoris.

Dans les heures et jours qui suivirent, je m’aperçus qu’en remettant en fonction les différentes composantes,  ces nouvelles versions m’enchantaient de plus en plus. Tant  par les découvertes que j’y faisais et tellement plus facile pour l’usager moyen que je suis. (Friendly user).

Pensons à Google et tous ses services, Facebook, DropBox,  messageries et autres utilitaires.

Dans notre vie comme dans tous ces gadgets que nous possédons,  nous devrions plus souvent faire table rase de tous nos acquis et peser sur le bouton  »reset ». Pas celui qui réinstalle à partir d’une sauvegarde. Celui qui t’oblige à réapprendre.

André Gide écrivait que la désinstruction est beaucoup plus difficile que l’instruction. Il faut sortir des ornières de notre savoir.

Avoir un regard neuf  sur ce qui nous entoure tout autant que pour notre nous-même intérieur.

Et il ne faut pas oublier d’aller dans les coins.

Publié par : Jacques Grégoire | 2014/07/31

Je joue du Piano

Je joue du Piano

Je m’amuse

Je le perçois tel un ado

Qu’un jeu

Il m’arrive en vieillissant

De le prendre au sérieux

Tout devient pratiques

J’aime quand le clavier

Me laisse découvrir

Des routes insoupçonnées

Vieux cliché

S’apprivoiser toujours

Comme mes mots

Que vous lisez

♪♫♫♪

Lien vers ma radio web

http://mdgn.listen2myradio.com

Publié par : Jacques Grégoire | 2014/07/01

Devenir accros et ne pas avoir à s’en repentir

 Marche

 

Je suis en train de devenir accros à l’exercice physique. J’ai besoin de mes doses hebdomadaires de dopamine et d’adrénaline.  Depuis le mois d’avril je me suis remis à la marche + ou – rapide. Entendons-nous, le tout se fait graduellement. Au début une ou deux sorties par semaine autour de chez-moi. Environ deux à trois kilomètres, en 35 minutes ou plus.

Je constatai  au travail que certain(e)s de mes collègues recherchaient eux-aussi leur « fix » quotidien de sueurs à éponger.  Mon grand fiston me montra comment il pouvait garder traces et détails de toutes ses sorties  avec une application pour téléphone intelligent et GPS à l’appui.

Eureka! Non, Nike. Pour ceux qui courent seulement. J’en suis encore à la marche. Je trouvai donc en remplacement l’application MapMyRun qui accepte que l’on puisse marcher en faisant de l’exercice.  Mais je souhaite évidemment pouvoir aussi  rattraper les coureurs du moins ceux de mon âge.

Et depuis le mois de mai me voici à pouvoir répertorier mes marches mais surtout à constater les progrès que je fais.

Aujourd’hui le 1er juillet j’ai parcouru 5km en 48m 50s. Vitesse de croisière de 6,1km/heure. Les itinéraires peuvent varier. Comme ce  sentier sur le bord de la Chaudière à Breakeyville. Je ne mets pas de musique quand dans des boisés comme celui aussi reliant Charny à St-Jean-Chrysostome, les ritournelles et autres trilles de la gent ailée sont autrement plus agréable à l’oreille.

Tout ce que je souhaite maintenant: que l’habitude ne se perde plus. Le bien-être ressenti au retour devient ainsi  un très bon incitatif à persévérer.

 

Publié par : Jacques Grégoire | 2014/05/19

Mutiples de 5 et Anniversaires

Une autre barrière des multiples de 5 que je viens de franchir.

Le cap des 65 ans est dépassé.

Ma relation avec le vieillissement ne cherche pas des années phares aux dizaines mais à celles se terminant  par le chiffre 5.

Le  premier véritable souvenir que nous pouvons situer dans le  temps ce sera l’entrée en classe. Habituellement à 5 ans.

Deuxième choc : l’adolescence et sa kyrielle  d’hormones.  En pleine crise vers 15 ans.

Et vient la fin des études, sinon du premier vrai travail: plus ou moins 25 ans. Évidemment que le quart de siècle représente le  passage reconnu à l’âge adulte. Pensons aux assurances auto et autres permis utiles dans notre société. Et le vieux cliché des catherinettes, jeunes femmes pas encore mariées à 25 ans.

Les deux prochains anniversaires soit 35 et 45 peuvent se confondre. Selon les priorités qui mènent nos vies. Ce pourra être la famille établie, avec maison et toutes ses obligations paraphernales* ou autres.

Il y aura les carriéristes tant masculins que féminines qui mettront de l’avant leur réussite professionnelle, artistique ou autre. En évitant de croire que ce sera au détriment de qui ou quoi que ce soit. La liberté de choisir en tout premier lieu.

Mais sera-t-elle la Liberté 55 tant souhaitée ?

Pour la première cohorte de Baby-boomers ce le sera presque. Mais les aléas de notre société capitalo-1%-tout-possédant feront que ceux l’atteignant plus tard auront bien de la difficulté à  avoir cette idyllique retraite dorée même à 65 ans. Il faut voir ici  comme pour les USA  que la classe dite moyenne est toujours laissée sur une voie d’évitement. Le moins possible qu’elle s’enrichisse, qu’elle s’éduque facilement, qu’elle ait des soins de santé adéquats.

Le capitalisme se doit de s’enrichir mais est-il obligé de partager? Non, laissons cela aux oeuvres de bienfaisance. J’allais écrire bienséance ce que nous devrions tellement nous habituer à réviser tout au long de notre vie.

L’âge de la retraite bien sonné… 65.   Chiffre magique qui se permutera en nombre plus élevé pour les générations à venir que nous avons grassement hypothéquées. Mon pelletage en avant personnel ne sera pas tellement difficile. Il soulèvera un petit tas issu de ma simplicité involontaire qui devient de plus en plus volontaire.

Cela dit sans animosité. Les 20 dernières années en furent de partage pour l’éducation de mes 2 enfants au début et de mes recherches d’intériorités, de buts fixés ayant bien peu d’assise dans notre société de consommation. Vivre au jour le jour ne travaillant que pour avoir du temps mien et pour les miens.

Ce que je souhaite le plus maintenant. De me rendre à 75 en santé et si possible à 85 dans le même état. J’essaie d’avoir des habitudes de vie saine mais jamais au détriment du plaisir.

Que ferai-je de tout ce temps qui m’est attribué?  Des phrases comme vous venez de lire, des musiques que je peaufinerai, des lectures longtemps mises de côté et encore quelques années de travail très partiel pour arrondir les fins de mois . Surtout parce que j’aime  le dynamisme de mes jeunes collègues et qui je crois m’apprécient autant que je le fais.

 

 

* Paraphernal : se dit des biens de la femme mariée ne faisant pas partie de la dot. Il y a longtemps que je souhaitais l’utiliser ce mot là. On retrouve en anglais le mot Paraphernalia qui signifie tout l’attirail utilisé pour une activité quelconque. Des traductions françaises: un bazar, un attirail. Mais pas paraphernalia j’aime la prononciation de ce mot dommage que nous puissions en avoir une traduction française identique.

Publié par : Jacques Grégoire | 2014/03/18

Les hommes sont Panda et les femmes sont Ourse

J’ai lu dernièrement un article dont j’ai perdu la trace. Rien dans mon  »cloud » ou équivalent. Il s’agissait  de comparer les libidos de l’Homme au Panda et celle de la Femme à l’Ourse.  Je m’excuse de ne pouvoir vous en donner la source. Si vous reconnaissez l’auteur ou la provenance, je vous remercie à l’avance de m’en faire part.

ours-patient

Selon cet article la femme serait omnivore devant la sexualité: elle pourrait plus facilement sublimer son désir sans que l’attraction physique soit présente. Les exemples donnés:   devant un homme riche ou à l’aise financièrement, un homme avec du pouvoir politique ou autre, un artiste reconnu ou pas.  Il ne faut pas généraliser à outrance mais cela est arrivé et continuera d’être. Évidemment il y a aussi la véritable attirance physique .  Donc omnivore parce qu’elle peut satisfaire son  désir, sa libido, de façons différentes. Comme l’Ours qui mange de tout, des fruits, du saumon, de l’herbe et  autres proies croisant son chemin.

450150-yang-guang-panda-geant-male

Et voici l’homme. L’antonyme d’omnivore n’existe pas dans le sens général. On définit par ce qu’il mange celui qui n’a qu’une source de nourriture : Insectivore, carnivore ou herbivore.
Herbivore pour le Panda. Celui-ci ne bouffe que des pousses de bambou. Quoi conclure devant la sexualité masculine? Que l’attirance de l’homme pour la femme n’aurait qu’une connotation sexuelle. Avec toute la nomenclature des attributs féminins qui aiguillonnent sa libido. Allons-y crûment: les gars pensent et veulent du  »cul ». L’attirance physique prédomine, menu unique. Le reste suivra bien.

Voilà grosso modo ce que j’ai compris. Mais  je crois assez bien rapporter la chose.

J’espère ne pas trop choquer.  Je crois que l’image que nous renvoie la société s’y conforme: hyper-sexualisation, plus pour la femme mais de plus en plus pour l’homme aussi, pornographie du soft au core, messages stéréotypés dans les médias. La liste peut s’allonger facilement.

Pendant ma petite recherche sur les omnivores, m’est apparu un de ses antonymes: Hominivore, mangeur d’homme.

  La femme serait-elle aussi hominivore, une dévoreuse d’homme?

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories