Publié par : Jacques Grégoire | 2022/05/18

Printemps tardif suivi de chaleur enfin

De ce côté-ci de la grande mare, le printemps s’est fait attendre. Et enfin les derniers jours se réchauffèrent au point de friser les records de température pour un mois de mai. Presque la canicule.

Tout un réveil pour la flore. Quelques photos prises sur le sentier pédestre longeant la rivière Chaudière. Le tout se terminant avec un peu d’histoire sur la famille Breakey qui fonda cette petite municipalité de la rive sud de Québec.

N.B. Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Le chemin de fer suivait le sentier
Excusez l’angle

Appareil photo utilisé: Canon Rebel EOS 7D Lentille 17-85 ml

Retour vers une impro évoquant mes sentiments sur le mois de mai.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/05/10

Dimanche o’soère

Il y a eu les sam’di soère, il y a aussi des dimanche o’soère.

Identiques et différents comme les impros qui les font vivre.

Improvisations libres: en terrains connus, durée: 7 minutes, nombre de notes: illimitées.
Publié par : Jacques Grégoire | 2022/04/30

Une Révolution intérieure tranquille? Partie1

Véritable esquisse de la pochette

A Day in the Life: à écouter pendant la lecture.

*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*

Printemps 1969. Nous sommes un petit groupe d’élèves, fin du secondaire, à découvrir les joies et plaisirs de la contestation. Rien à voir avec les soixante-huitards européens. Une petite bande de joyeux lurons voulant faire fi de l’autorité avec un grand A, pour nous la direction de notre institution scolaire. Du moins le croyions-nous. Grâce à nos lectures, musiques, films ou reportages sur la contre-culture. Celle qui prenait source dans le mouvement hippie, Peace & Love made in USA dans les années 60. Cela commençait à peine au Québec surtout après Expo 67 avec toutes ses ouvertures sur le monde. Notre révolution tranquille.

Mais revenons à ce printemps 69. L’époque des premières expériences de Paradis Artificiels et surtout la plus marquante pour moi , le premier trip de LSD.

Nous sommes réunis chez le plus vieux d’entre-nous. Un peu notre gourou,. Il est d’ailleurs au collège sous ordonnance de la cour. Selon lui pour vagabondage dans un coffre-fort. Il nous aide à prendre cette expérience avec beaucoup de précautions. Cette journée là nous étions deux à faire le saut dans l’inconnu. Nous accompagnaient 2 ou 3 acolytes pour nous surveiller pendant cette eucharistie psychédélique, un petit buvard avec le logo STP. J’en apprendrai la signification plus tard… .

Comptez environ une heure avant les premiers effets. Quand était-il? Tels que racontés par tout un chacun: couleurs vibrantes, le pas incertain, périodes d’hilarité et tutti quanti. Pour moi ce fut les céramiques de la salle de bain qui bougeaient chacune à leur façon, périodes d’hilarité aussi. J’apprivoise ces nouvelles sensations. Il y a de la musique psychédélique en sourdine: Vanilla Fudge, Cream, Iron Butterfly. Terrain connu, rassurant comme les amis gardiens. Et me voilà à mélanger ou démêler sons et couleurs. Profondeur et hauteur pareillement. Tout est chatoiement, irisation, brillance. Je me crois capable de diriger ce déferlement de couleurs.

Quand soudain mon moi-même tout plein et entouré de lumières est attiré par le son sortant du tout petit pickup où on vient de mettre le long-jeu Sargeant Peppers des Beatles. Malgré la petitesse du seul haut-parleur, la magie de ce monument de la musique pop fait son oeuvre. À cette époque je suis guitariste pour ce qu’on appelle aujourd’hui un ‘’Band de Garage’’. Nous jouions entre autres ‘’A Day in the Life’’ et ‘’A Little Help From my Friend’’. Vous comprendrez l’influence qu’avait sur moi la musique du ‘’Fab Four’’.

Je m’assieds et ferme les yeux. C’est au tour de mon ouïe de prendre les commandes de la manœuvre. Mais la vue ne veut pas être laissée en plan. Les couleurs continuent à s’étirer en allers-retours au rythme de la musique. Je sens que j’apprivoise bien cette mouvance sensorielle. Chacune des musiques écoutées m’ouvrent les portes d’univers insoupçonnés. Toujours les yeux clos comme si je craignais que le charme disparaisse. 

 Arrive la pièce ‘’A Day in the Life’’.  Je chevauche une fusée en forme de guitare. Je suis entraîné à la vitesse de la lumière. Et plus même, je traverse des galaxies les unes après les autres, lumineuses, gigantesques spirales tournoyantes. La pièce se termine. J’aurais voulu que cela n’arrête jamais. Est-ce cela l’illumination, l’extase?

 J’ouvre les yeux. Quelqu’un me regarde. Assis sur un squelette de Triumph Bonneville sans roue. Il sourit. C’est l’ami gourou, sympathisant de la moto. Je sens qu’il comprend mon état. Il lève le bras. M’indique-t-il un chemin à suivre? Pourquoi suivre une autre route? La musique est la voie à suivre. C’est ce que je viens de comprendre, lui dis-je. Que non, rétorque-t-il. La liberté, c’est filer droit devant, ne jamais se laisser diriger. Je sens le poids de son regard et toutes ces questions qui surgissent de partout. Et quand je dis de partout…..

(à suivre…)

© Jacques Grégoire

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/04/28

Le Bain du Samedi Soir ♫♪♪♫ En Notes ♫♪♪♫

Samedi enfin !!!

Décompresser surtout.

S’installer au Piano…

Faire le vide

Allegro ma non troppo.

Laisser l’intuition

Choisir un chemin.

Sans quoi?

Se laisser glisser

Dans un bain de notes.

Un spa musical??

_&_&_&_&_&_&_&_

N.B. Reprenez la lecture en commençant par la fin

_&_&_&_&_&_&_&_

Pendant des lustres, mes samedis soirs furent presque exclusivement occupés par la musique.

Je venais de terminer ma semaine de travail.

Besoin de décompresser et au fil du temps l’habitude s’est incrustée.

Musique, bières ou bon vin, le tout accompagné d’un en-cas plus ou moins santé.

Notes et mots plus souvent qu’autrement se bousculant au portique ou à la portée.

Cette époque est maintenant révolue, chaque jour est devenu un samedi.

Le Travail en moins.

Enregistrement sur Piano droit Gerhard Heinttzman1906, Sonar Power Studio et Cakewalk.

Venant d’articles déjà publiés et remaniés.

© Jacques Grégoire

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/04/20

Le Bacille Homo Sapiens

Éparpillement. Peu d’inspirations ce matin.

Shangri-La, le Monde des A, Asimov, Huxley….

Toutes ces lectures de mondes utopiques qui me reviennent en mémoire.

Je m’emmitoufle de plus en plus dans mon cocon, le cocooning absolu. La retraite que je vis en ce moment me satisfait au plus haut point.

Je me rappelle cette nouvelle de sci-fi lue il y a très longtemps. Un musicien vivant seul dans sa maison ultra équipée un peu comme Houellebecq nous le raconte dans « La possibilité d’une île ».

Sonnons l’alarme.

Comme me le disait un bon ami:  »En ce moment nous vivons sereinement notre propre marche funèbre. »

Soyons optimistes, nous finirons tous claquemurés chacun dans nos cubicules. Pourquoi?

Primo:

 Parce que toute vie à l’extérieur sera devenue impossible pendant que l’on essaiera de purifier la planète de tous les dégâts que notre civilisation a infligés à la nature. 

Il faudra sortir la race humaine de l’écosystème. Nous en avons eu un avant-goût avec les périodes de confinements durant la pandémie.

Baisse des GES, on a vu renards, coyotes et autre mammifères arpenter nos rues en toute quiétude lors des semaines de couvre-feu. Nous avons cru que les oiseaux étaient plus nombreux. Pas vraiment leurs ramages étaient étouffés par les bruits de la circulation automobile.

Mesdames et messieurs, pour le bien de la planète, préparez-vous à vous encabaner seuls ou en groupe, de gré ou de force. Même les adeptes de la liberté absolue, n’auront plus le droit à l’air libre.

Secundo:

L’enfermement agira comme une sélection naturelle. Ceux ou celles assez  équilibrés pour subsister à cet internement deviendront les dominants de ce monde futur.

D’ailleurs les bien nantis, s’y préparent déjà en s’achetant des propriétés isolées et protégées des éléments. Ils pourront y vivre en complète autarcie. Encore eux qui se gardent les premières places.

Tertio:

L’inconnue dans l’équation: l’IA.

L’intelligence artificielle: la nouvelle messie sauvant le monde. (le dictionnaire donne le masculin pour messie, mais il y a un e muet. Je me donne le droit de le féminiser.)

Si les robots parviennent à sauver la planète, voudront-ils  que le bacille homo sapiens la contamine à nouveau?

*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*

Titre de la pièce, très à-propos: Eyes Shut. (Yeux fermés) Olafur Arnalds et Alice Sarah Ott.

J’essaie d’apprendre la partie piano. Cela semble facile, que non. Le talent c’est de donner cette impression.

Texte © Jacques Grégoire Tous droits réservés.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/04/13

Le printemps se fait attendre

Un Écureuil ne fait pas le printemps
Duplex prêts à occuper

Nous approchons de la mi-avril et très peu de bourgeons qui se pointent.

Faudrait détourner le Gulf Stream pour nous réchauffer

Et faire un pied de nez aux européens

Qui à leur tour ne pourront en avril se découvrir d’un fil.

Photos de mon voisinage, captées lors de mes marches de santé.

Canon Rebel EOS, objectif 17-85mm

Texte et Photos © Jacques Grégoire Tous droits réservés.

IMG_5905

La photo coiffant se texte vous montre trois cadeaux reçus de ma fille.

La plume fontaine, mon luxueux journal personnel et le meuble secrétaire.

Suis-je assez choyé de pouvoir m’adonner à l’écriture dans un si bel environnement.

Je fais partie de cette génération qui dut apprendre à écrire en lettres cursives.

Qui se souvient du transparent à glisser sous la feuille du cahier à doubles lignes pour donner la bonne inclinaison?

Sans oublier et là je trahis mon âge le porte plume avec son encrier.

Je ne souhaite pas ici un retour en arrière. Je n’ai pas la nostalgie des anciennes méthodes d’enseignement. Loin s’en faut, mais les différents ministères de d’éducation qui nous inondèrent de nouveaux programmes année après année ne firent qu’installer une culture de décrochage scolaire.

Tant pour les élèves que pour les enseignants.

Il semblerait que tout est fait pour que l’apprentissage soit le moins contraignant. On demande aux écoliers de développer leurs habilités demandant la logique, le rationnel. Mais cela c’est fait depuis des lustres au détriment de la créativité, de l’intuition. D’où le titre de cet article,

L’apprentissage de l’écriture permet de mieux développer le processus d’apprentissage.

Les extraits d’articles, plus bas, avec leurs liens vous éclaireront mieux que moi sur la problématique.

Extrait d’un article du site franco-canadien de The Conversation

Au-delà de la nostalgie pour l’âge pré-numérique, il y a de bonnes raisons de réintroduire l’écriture cursive à l’école. Ayant mené, avec d’autres experts, des études sur la corrélation entre écriture et littératie, j’ai découvert que le fait de développer sa maîtrise de l’écriture manuscrite, de façon à ce qu’elle devienne automatique, joue un rôle important dans la littératie. L’écriture, c’est également un élégant témoignage de l’aptitude humaine pour la littérature écrite, et un symbole inspirant de la force unique de la parole.

https://theconversation.com/voici-pourquoi-il-faut-reintroduire-lecriture-cursive-a-lecole-122348

 

Extrait du magazine web Next Impact. Datant de 2013 mais toujours pertinent.

En 1882, Friedrich Nietzsche acheta une machine à écrire, une « Malling-Hansen Writing Ball » pour être précis. Sa vue était en train de baisser, et rester concentré longtemps sur une page était devenu exténuant et douloureux, source de maux de tête fréquents et douloureux. Il fut forcé de moins écrire, et il eut peur de bientôt devoir abandonner. La machine à écrire l’a sauvé, au moins pour un temps. Une fois qu’il eut maîtrisé la frappe, il fut capable d’écrire les yeux fermés, utilisant uniquement le bout de ses doigts. Les mots pouvaient de nouveau couler de son esprit à la page.

Mais la machine eut un effet plus subtil sur son travail. Un des amis de Nietzsche, un compositeur, remarqua un changement dans son style d’écriture. Sa prose, déjà laconique, devint encore plus concise, plus télégraphique. « Peut-être que, grâce à ce nouvel instrument, tu vas même obtenir un nouveau langage », lui écrivit cet ami dans une lettre, notant que dans son propre travail ses « pensées sur la musique et le langage dépendaient souvent de la qualité de son stylo et du papier ».

« Tu as raison », répondit Nietzsche , « nos outils d’écriture participent à l’éclosion de nos pensées ». Sous l’emprise de la machine, écrit le spécialiste allemand des médias Friedrich A. Kittler, la prose de Nietzsche « est passée des arguments aux aphorismes, des pensées aux jeux de mots, de la rhétorique au style télégraphique ».

https://www.nextinpact.com/article/5123/78665-edito-lecriture-manuscrite-tire-t-elle-sa-reverence

Extrait d’un article du site Futura-Sciences.com

Ainsi, les chercheurs soutiennent que l’écriture manuscrite renforce ce qui est appris, mais que cet avantage n’a rien à voir avec la calligraphie« C’est que le simple fait d’écrire à la main fournit une expérience perceptivo-motrice qui unifie ce qui est appris sur les lettres (leurs formes, leurs sons et leurs plans moteurs), ce qui, à son tour, crée des connaissances plus riches et un apprentissage plus complet et véritable », expliquent les chercheursWiley and Rapp. Robert Wiley, l’auteur principal de l’étude et professeur à l’Université de Caroline du Nord à Greensboro précise qu’« avec l’écriture, vous obtenez une représentation plus forte dans votre esprit qui permet d’appréhender d’autres types de tâches qui n’impliquent en aucune façon l’écriture manuscrite ».

https://www.futura-sciences.com/sante/breves/cerveau-ecriture-manuscrite-ameliore-vos-facultes-apprentissage-votre-memoire-4759/

Extrait d’un texte de chercheurs français d’Aix en Provence.

De la plume au clavier :
Est-il toujours utile d’enseigner l’écriture manuscrite ?

Les caractères ne sont pas des objets mais ce sont des signes qui sont étroitement et
spécifiquement associés aux mouvements qui permettent de les former. De ce point de vue,
les symboles les plus pertinents sont probablement les idéogrammes chinois ou japonais, qui
sont très nombreux et visuellement complexes. Les traits composant chaque idéogramme
doivent être écrits dans un ordre précis et rigoureusement codifié. Savoir lire les idéogrammes
‘kanji’ demande aux jeunes japonais de nombreuses années d’apprentissage, au cours
desquelles la méthode utilisée pour les mémoriser est l’écriture très répétitive sur le papier ou
même avec le doigt, sur la table ou dans l’ air.

Jean-Luc Velay(1), Marieke Longcamp(1) & Marie-Thérèse Zerbato-Poudou(2)
(1) Institut de Neurosciences Cognitives de la Méditerranée (CNRS UMR 6193),
31 chemin Joseph Aiguier, 13402 Marseille cedex 20
(2) IUFM, Université de Provence, 63 La Canebière 13001 Marseille

© Jacques Grégoire

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/03/31

Croche-pied et Impro

Je joue la pièce musicale que vous écouterez grâce à la lecture à vue. Admettons-le tout de suite, cette lecture se fait en diagonale. J’utilise les notes et phrases pratiquées au cours des derniers jours. Celles dont je possède la ligne mélodique.

Dans cette lecture à vue, je n’essaie pas de rendre l’intégralité de l’oeuvre. Je laisse aux virtuoses cette tâche.

Je pense comme ce musicien qui disait des virtuoses qu’ils  sont bons que parce qu’ils torchent plus vite que la moyenne des ours.
Je ne parle pas ici de ceux qui composent. D’ailleurs plus souvent qu’autrement se sont des artisans pour qui cent fois sur le clavier il faut remettre les notes.
Ciseler des partitions qui seront lues et jouées par ces mêmes virtuoses en deux temps trois mouvements.

Pour ce qui en est du morceau de Philip Wesley  »La nuit qui approche » qui a inspiré ma pratique aujourd’hui. Vous remarquerez quelques croche-pieds ou jambettes avec galipettes improvisées à la clef pour retrouver la trame musicale. Improviser un des grands plaisirs de jouer de la musique.

Clavier Korg, Sonar CakeWalk

Texte et Musique © Jacques Grégoire Tous droits réservés.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/03/24

C A comme dans CArie

Auriez-vous aimé que votre dentiste vous invite à un C A de gestion interne? J’étais là pour mes caries, j’ai eu droit à une réunion impromptue sur la gestion interne de la clinique. Vous allez comprendre.

Voici la lettre que j’ai fait parvenir à ma dentiste aussi la propriétaire.

Madame,

En février j’ai reçu de votre part des soins dentaires à votre clinique.

En plein milieu de l’intervention vous avez demandé à une seconde assistante de venir vous rejoindre.

Ceci afin de discuter de certains instruments qui devaient être changés dans les trousses (kit).

Cette même assistante est même allée chercher une de ces trousses.

Pendant 5 à 10 minutes vous avez échangé avec vos employées sur les mesures à prendre.

J’avais l’impression d’assister à un meeting de gestion. La mâchoire grande ouverte, en attente.

À la fin de l’intervention, j’ai souhaité connaître le prochain traitement à venir et à combien s`élevait les honoraires payés jusqu’à ce moment.

Je n’eus comme réponse que d’autres caries venaient soudainement d’apparaître et la secrétaire pourrait me dire le montant total de ce que j’avais payé.

Dernier point, il me semble que d’expliquer à votre client à la fin de l’intervention les détails des soins reçus serait faire preuve de respect.

Ce que je n’ai pas eu ni senti.

Veuillez noter qu’avec les autres dentistes de votre clinique qui m’ont traité, je n’ai eu aucun problème.

En terminant, je vous prierais d’annuler les rendez-vous que j’ai à votre clinique et de retirer mon nom de votre liste de clients à contacter.

Avec copie conforme à l’ordre des dentistes.

Travailler avec le public et surtout dans le domaine de la santé exige d’être à l’écoute de la clientèle.

Il semble que mon action aurait porté fruit. Il faut dénoncer les agissements par trop mercantiles.

La réponse que j’ai reçue aujourd’hui me laisse croire à des améliorations futures.

Bonjour

Je vous remercie de m’avoir fait part de la situation. Je comprends votre point de vue et le désagrément ressenti. De mon côté, je veillerai à ce que des situations de ce genre ne se produisent plus. Je peux vous proposer, dorénavant, de voir mes collègues les Dre X ou Dre Y ou encore de fermer votre dossier si vous jugez que la relation de confiance est brisée.

Dre Z

J’ai décidé de fermer mon dossier et de me mettre à la recherche d’une nouvelle Clinique sans C A où siéger.

Gerhard Holmes: Piano Heintzman 1906, Guitare Godin avec effets Behringer V-Amp, Enregistrement Cakewalk Sonar.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/03/17

Muse qui rôde???

Les murs se sont mis à réfléchir

Qu’entendent-ils de l’extérieur?

Intuitions musicales plus senties

Sont-elles miennes en tout?

Pensées fugaces presque étrangères

Est-ce que cette page m’appartient?

Mon seuil de porte, une frontière

Suis-je capable d’accueil?

À  toi, Muse qui rôde,

Les prochaines lignes sont tiennes

Sauras-tu conquérir mon territoire?

Charny, 25 mai 2015.

%/%/%/%/%/%/%/%/

Suite…..

Pour ne rien comprendre

Impression de déjà-vu

Persistance du souvenir

Réminiscence en devenir

Y a le temps qui n’en peut plus

De compter en parsec quanta prendre

Charny, 17 mars 2022

%/%/%/%/%/%/%/%/

Voces8

N.B. le lien musical a une durée de plus de 3 heures.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/03/12

Spleen d’équinoxe printanier

À chaque année lors du changement à l’heure avancée mon cycle circadien matinal doit faire un retour en plein hiver. Pour le lève-tôt que je suis pourquoi, faut-il une heure additionnelle de clarté en soirée au détriment d’une aurore qui doit se faire attendre?

Autres bonnes raisons pour ne pas changer l’heure normale:

1- Il faut veiller plus tard pour pouvoir admirer la voûte étoilée. On a qu’à penser aussi aux différentes pluies de météores manquées parce que trop tard dans la nuit.

2- Faire un feu de camp à l’extérieur sans noirceur nous fait perdre toute la magie des flammes qui dansent dans le feu.

3- Quand on se réveille de bonne heure il est normal en contrepartie de se coucher plus tôt. Le marchand de sable est beaucoup moins efficace à la clarté du jour. Et on entend rarement ceux qui se lèvent tard se plaindre de la lumière du jour.

4- Il y a aussi toutes les considérations publiques et sociales plus ou moins vérifiables comme l’énergie sauvée, les risques d’accidents plus nombreux sans oublier ceux et celles indisposés par le ramage matinal de la gent ailée.

5- Si vous avez eu de jeunes enfants à nourrir, il fallait y aller progressivement. Ce n’était pas toujours rapido-presto. Aucun problèmes pour les ados ils mangent sans arrêt, la seule place où vous pouvez les croiser, devant la porte du frigo.

6- Dernière et non la moindre, les effets sur notre santé. Le corps humain comme celui des animaux que nous avons domestiqués réagissent au changement d’heure. Pensez aux fermes laitières. Je vous mets un lien vers Wikipedia.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Effets_des_changements_d%27heure_sur_l%27horloge_circadienne_de_l%27humain

Seule consolation nous avançons vers le solstice d’été.

Bonheur et plénitude matinale en vue.

&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&

Deux morceaux en chantier. Interprétations libres des compositeurs Jean-Michel Blais et Philip Wesley.

A-Jean Michel Blais
B-Philip Wesley

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/03/01

Une coche mal taillée cinquantenaire

Il nous arrive tous dans le cours de notre vie d’avoir eu une coche mal taillée.

Un événement plus ou moins répréhensible dont les répercussions seront à la hauteur de la bourde.

Si par la suite aucune récidive n’eut lieu et que les deux parties n’y virent aucun inconvénient. Grand bien nous fit.

Quoi penser alors, à l’évocation de l’action, de cet interlocuteur qui au nom de ses valeurs, aussi nobles furent-elles, me jugea péremptoirement et n’accepta aucune justification.

Cela m’est arrivé dernièrement. Les détails ont peu d’importance.

Ce qui en eut, en portant ce jugement la relation entre nos deux personnes fut coiffée du nuage gris de l’intolérable doute. Bannie toute forme d’admiration réciproque, souvent la pierre angulaire d’une véritable amitié.

*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*&*

Pièce de Joep Bevig. Dont je ne me lasse pas. J’apprends la partie piano en ce moment.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/02/07

Flabergasté (suite et fin)

Lors de conversations entre deux personnes faisant connaissance il arrive que des coïncidences se révèlent. Nous avons lu les mêmes bouquins. Nous aimons certaines musiques aux préférences assez pointues, le grégorien ou Varèse, par exemple. Nous choisissons nos vacances dans le même hôtel sur le bord du fleuve. Et bien d’autres choses comme nos manières de vivre ou de penser.

Dans notre discussion j’en suis venu à parler de l’accès que j’ai à une maison de campagne. Ceux qui suivent ce blog se rappelleront d’un article sur le sujet. Il y a un lien plus bas pour le retrouver. Par la suite, la gentille dame m’annonce qu’elle a eu aussi une maison à la campagne et me donne le nom du village où elle vécut jadis ou presque.

Et patatras, je vous le donne en mille,c’est le même. Je lui réponds en lui demandant si le rang Untel lui dirait quelque chose. RePatatras pour madame maintenant. Sa maison, c’était la deuxième à gauche vers le village. Commence alors l’énumération des connaissances d’alors et celles toujours présentes. Facile d’imaginer notre étonnement devant tant de coïncidences.

Où cela nous mena-t-il? Une conversation qui dura le temps qu’il faut pour comprendre que des incompatibilités étaient trop apparentes d’un côté et insoupçonnées de l’autre. Vous avez une chance sur deux de découvrir qui fut l’instigateur(trice) de la fin de cet échange. Échange au demeurant qui fut fort agréable.

Coïncidence ou Synchronicité.

Hasard: Le hasard ne serait pas un produit de l’homme. Aussi intelligent que nous sommes, il nous est impossible de créer un programme qui soit réellement aléatoire. Mais tout de même, le hasard est présent dans la nature, il y a un nombre incalculable d’éléments qui en dépendent et qui sont imprévisibles. (Google)

Coïncidences: Événements qui arrivent ensemble par hasard. Le statisticien vous dira sûrement que ceux à qui cela arrive peu ou pas devraient côtoyer leurs semblables plus souvent, la misanthropie vous guette.

Pour simplifier, le hasard c’est l’aléa, le coup de dé, l’accident, l’imprévu… et la coïncidence c’est le synchronisme accidentel de deux actions. (Wikipedia)

Pour les friands de psychologie, plusieurs avenues s’ouvrent devant vous, en voici deux.

Synchronicité:  Occurrence  simultanée d’au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité, mais dont l’association prend un sens pour la personne qui les perçoit. (Wikipedia)

Synchronicité amoureuse: De fait, quelque soit la forme sous laquelle elle se présente, se définit par : L’imprévisibilité d’un évènement qui peut arriver à tout moment. L’absence de lien et de cause entre la situation que vous vivez et l’état subjectif dans lequel vous êtes. (Wikipedia)

&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&%&

Essai de musique moins onirique presque minimaliste.

Photo qui coiffe le tout: Lever du jour vu de la maison dans le rang. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/02/02

Flabergasté

La première question qu’elle m’a posée au début de la discussion sur messenger: « Êtes-vous la personne qui a le pseudo de H…. sur le site XY? » C’était bien moi. Elle m’apprend qu’elle suit mon blog depuis un certain nombre d’années. Et qu’elle aime particulièrement ma pièce musicale, Clapotis. Que son écoute la réconforte énormément. Je lui réponds que cela me touche, vraiment.

Plus loin dans l’échange elle ajoute que lors du décès d’une personne très proche, elle l’a écoutée en boucle. Là, je suis complètement « flabergasté ». Qu’une de mes créations ait pu la rejoindre à ce point, l’aider dans un moment de grande douleur. Quand tu crées c’est la récompense ultime, cela malgré la tristesse de l’événement.

Première fois qu’une personne inconnue me contacte pour me faire part de son appréciation directement. Je remercie de tout coeur cette gentille dame de l’avoir fait.

Avec une version déconstruite plus récente.

Publié par : Jacques Grégoire | 2022/01/14

Ma Première Partition

Vous trouverez plus bas une des multiples raisons qui m’ont fait déserter ce blog ces dernières semaines. Il y a bien sûr le procrastinateur invertébré. Mais voilà qu’un de ces matins, en faisant le ménage des applications de mon ordinateur, se cachait dans l’arborescence un logiciel que j’avais complètement oublié. Par un heureux hasard j’avais mis sur une feuille de portée, la dernière pièce sur laquelle je travaille en ce moment. La feuille manuscrite n’était qu’un brouillon difficilement déchiffrable. La solution, MuseScore, le bidule de créations de partitions que je mets à jour et vogue la galère.

La capture d’image de la partition est le premier jet ou si vous voulez un aide mémoire pour l’enregistrement qui accompagne le tout. L’ajout des nuances, articulations et tempo se fera au rythme allegro ma non troppo.

SI vous suivez la partition en même temps que l’enregistrement vous noterez des silences ou de mesures en plus et/ou en moins. La partition est un premier jet. Le morceau devrait durer plus que 54 sec.

Quand cette inspiration m’est venue je pensais au style pop anglais de années 60, à la Herman’s Ermit.

« Newer Posts - Older Posts »

Catégories